lundi, 16 octobre 2017 14:50

Les TMS : quand le travail sur ordinateur fait souffrir…

evolution homme ordinateurLa manière d’exercer notre travail a évolué depuis les années 80. En bien des aspects, c’est même une révolution qui s’est opérée, notamment dans nos modes de communication. L’informatisation à outrance force les agents à adopter de nouvelles postures qui sollicitent de manière répétitive voire excessive certaines zones du corps. Cela débouche inévitablement sur des pathologies d’hypersollicitation (muscles, articulations, tendons, …) très dommageables d’un point de vue physiologique et rendant nécessaire des mesures de correction.

N’arrive-t-il pas, par exemple, à chacun de taper sur son clavier dans des positions souvent peu adéquates, de tenir son combiné téléphonique coincé entre l’épaule et l’oreille tout en regardant un écran… voire deux… pas forcément réglé à la bonne hauteur ni à la bonne distance ?

Qui ne souffre jamais ou qui n’a pas dans son entourage des collègues de travail souffrant de problèmes récurrents de dos et de tendinites, de douleurs cervicales, du syndrome du canal carpien, de troubles oculaires ? Ces douleurs intermittentes et insidieuses tendent à s’installer à notre insu sans que nous soyons conscients du lien entre ces douleurs et les postures tenues derrière notre ordinateur. Malheureusement lorsque la prise de conscience survient le mal est déjà fait. L’explosion des TMS (troubles musculo squelettiques) est un phénomène de société qui malheureusement ne nous épargne pas et qui nous inquiète pour les années à venir…

Lu 9393 fois

Laissez un avis ou posez une question

Avant de déposer un avis ou poser une question, merci de consulter la charte "Avis et Questions" en cliquant sur le menu en bas de cette page.
En déposant un avis ou une question, vous acceptez nos conditions générales.
Vos avis pourront être utilisés de façon anonyme à des fins d'information. Vos données sont conservées 6 mois à compter de la date de dépose.
Elles ne seront jamais utilisées à des fins commerciales.