Évaluer cet élément
(0 Votes)

CSAMAprès la lecture des déclarations des organisations syndicales lors du CSAM du 27 février 2023, le Secrétaire général et le DRH ont apporté quelques éléments de réponse.

 

Pour le Secrétaire général, « l’ordre protocolaire est peu important, ce qui importe ce sont les attributions de chaque ministre ». Chacun appréciera la pertinence de la réponse.

 

A la demande de FO, l’UNSA et la FSU, le Secrétaire général confirme qu’il y aura bien une présentation aux organisations syndicales de l’annulation des crédits lors du prochain CSAM. Il précise d’ores et déjà que la « masse salariale pour notre Pôle ministériel ne sera pas impactée par les mesures d’économies, mais qu’il y a bien nécessité d’une reprogrammation par les chefs de programmes ».

 Suite à la crise agricole, « les dispositions sur la protection des agents du Pôle ministériel vont bien être étendues. Une convention avec les chambres d’agriculture pour préciser la gouvernance des échanges entre les producteurs agricole et l’OFB est en cours d’élaboration ». On peut craindre le pire.

 Il ressort des rencontres de l’ATE, administration territoriale de l’État, processus lancé par le ministre de l’Intérieur à Rennes, en présence notamment de Christophe BECHU, « une volonté de renforcement de l’administration départementale autour des thématiques suivantes : les relations avec les usagers, la gestion de crise, l’attractivité … ». Le SG a confirmé « suivre avec attention ces travaux au niveau du pôle ministériel ».

 Pour ce qui est des Jeux Olympiques, « la nécessité de traiter une sur-crise fait partie des hypothèses de travail auxquelles réfléchit aujourd’hui le Pôle ministériel ». Quant à la continuité d’activité, « chaque Direction générale à toute latitude pour s’organiser ». Pour ce qui est des compensations financières, elles seront à l’ordre du jour du CSAM du 14 mars.

 Le DRH apporte une réponse à notre demande sur les frais de déplacement : « un nouvel arrêté sera publié en avril et intégrera bien de site La Défense à Paris ».

 A noter également que le cycle de mobilité dit « du printemps » débutera le 1er mars, qu’un bilan sur le recrutement des TSPDD par voie de concours (selon les nouvelles modalités de formation et d’affectations) sera présenté prochainement et que les agents de notre pôle ministériel affectés dans le département de la Seine-Saint-Denis sont bien éligibles à la Prime de fidélisation territoriale (12 000 €) selon un nouvel arrêté à paraître.

 

Le corps des professeurs techniques de l’enseignement maritime

 Étaient à l’ordre du jour de ce CSAM, les projets de décrets relatifs au corps des professeurs techniques de l’enseignement maritime.

 Le corps des Professeurs techniques de l’enseignement maritime (PTEM) est un corps qui compte aujourd’hui une vingtaine d’agents. Il ne recrute plus sur concours depuis 2003, alors que 3 agents ont bénéficié d’un détachement puis d’une intégration dans ce corps, le dernier en 2009. Dans les années 2000 ce corps comptait une soixantaine d’agents.

 Ce corps à faible effectif a été négligé.

 Ainsi le décret statutaire de 1993 est aujourd’hui totalement obsolète et ne cadre plus avec les missions d’enseignement d’une école d’ingénieur. Par ailleurs, aucune des avancées dont ont bénéficiées les enseignants de l’éducation nationale ou du ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation (MESRI) n’ont été transposées aux PTEM.

Ainsi les PTEM sont les seuls enseignants en France à ne pas bénéficier d’un 3e grade, ce que propose de mettre en place le décret proposé au vote.

 Pour l’UNSA, c’est évidemment une avancée très attendue et c’est pourquoi l’UNSA vote POUR.

 L’administration affirme que « L’homologie avec ces deux corps de professeurs conduit également à mettre en place, pour le deuxième grade, un 7e échelon placé à l’indice brut 1015 ».

 Pour mémoire, le décret 2020-614 du 19 mai 2020 modifiant le décret no 2012-1058 du 17 septembre 2012 (décret PPCR) prévoit déjà la création de ce 7e échelon.

 L’article 18 du décret modifié prévoit une promotion fixe et non plus un taux pro/pro. Le nombre promotion au 2e grade sera de 3 par an, ce qui est décevant, et un nombre de promotion au 3e grade de 1 par an ; ce qui est très largement insuffisant en regard de ce qui se pratique dans les corps équivalents.

 Si le corps recrutait normalement, les PTEM seraient aujourd’hui 60 ; ce qui représenterait 7 PTEM en classe exceptionnelle avec un taux de promotion équivalent à celui des professeurs certifiés.

 L’UNSA considère que nous sommes très loin du compte.

 D’autre part, pour l’UNSA, si désormais les PTEM auront accès au 3e grade, leur régime indemnitaire n’est toujours pas en adéquation avec le régime indemnitaire des enseignants du MESRI.

 L’UNSA réclame toujours le bénéfice de la prime d’enseignement supérieur (PES) pour ces personnels.

 

 

Le RSU 2022

Le Rapport social unique 2022, deuxième point à l’ordre du jour de ce CSAM, reflète un gros travail d’agrégation et d’analyse des données.

 L’UNSA tient à souligner le travail accompli et à remercier les agents qui ont œuvré à la production de ce document.

 L’UNSA s’en est tenue à quelques remarques générales en séance et publiera très prochainement une analyse détaillée du RSU 2022.

 Ce RSU montre que la diminution des effectifs du pôle ministériel et des opérateurs se poursuit, moins d’effectifs pour toujours davantage de missions sur des thématiques nouvelles ou portant sur le long terme et nécessitant innovation ou expertise.

 On constate une baisse de 2 % du nombre de fonctionnaires et une augmentation de 2 % du nombre de contractuels entre 2019 et 2022 qui s’explique par la progression de 39 % des recrutements de contractuels entre 2020 et 2021 et de 43 % entre 2021 et 2022.

 L’UNSA déplore cette situation qui crée surcharge de travail, précarité et instabilité.

 Concernant la rémunération, on constate que la garantie individuelle du pouvoir d’achat est en très forte augmentation en 2022, puisqu’elle a été versée à 4 035 agents, avec un montant moyen de 368,16 €. L’augmentation des versements de la GIPA reflète le blocage des carrières et l’absence de revalorisation.

 En termes de santé et sécurité au travail, on note que les agressions sont à l’origine de 4,6% du nombre de jours d’arrêt de travail, un chiffre inquiétant ! Tout comme le nombre, 45, des demandes de protection fonctionnelle pour 39 mises en œuvre, en hausse constante depuis 2020. A cela s’ajoute 38 signalements de danger grave et imminent effectués et 18 inscrits sur le registre spécial dédié, 3 situations pour lesquelles le droit de retrait a été exercé (18 personnes concernées) dont 2 étaient fondées !

 Dans une actualité de plus en plus troublée, l’UNSA a demandé à ce que la protection des agents soit pleinement assurée.

 9 077 agents, dans les services (hors EP) ont fait l’objet d’écrêtements, soit 42,7 % de l’effectif physique total dans les services. La moyenne est de 50 heures par an et par agent concerné en 2022 (environ 4 heures et 10 minutes par mois).

 L’UNSA dénonce ces heures de travail non rémunérées qui pourraient être considérées comme du travail dissimulé.

 Pour conclure, l’UNSA a demandé au président, quelles suites l’administration compte-t-elle donner à l’exploitation de ce RSU ?

 Le DRH a reconnu « la nécessité que le RSU serve dans les discussions à venir ».

 

 

Vos élus UNSA présents à ce CSAM :

Sylvie MIAN, Gwenaëlle HIRTZIG, Annyvette RIET,

Guillaume LASBLEIZ en tant qu’expert qui est intervenu sur le point 1 concernant le corps des professeurs techniques de l’enseignement maritime.

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quel avenirLes annonces s'enchaînent et ne sont pas de bon augure pour notre Pôle ministériel : 2 milliards en moins pour le ministère de l'Écologie alors que la transition écologique est indispensable et ne peut plus attendre, 736 millions envolés pour la cohésion des territoires, l'influence grandissante de Bercy avec le retour de l'Énergie dans son périmètre, le découpage de l'ex-ministère de la Transition énergétique, 700 millions d'économies sur le dos des agents publics, que de signaux inquiétants  !

 

Retrouvez les déclarations que vos élus UNSA ont faites lors du Comité Social d'Administration ministériel du 27 février 2024 qui avait pour ordre du jour les projets de décrets relatifs au corps des professeurs techniques de l'enseignement maritime et la présentation du rapport social unique 2022.

 

DP UNSA CSAM 27.02.2024 page 1

DP UNSA CSAM 27.02.2024 page 2

 

 Déclaration RSU VDEF page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Budget 2024Le gouvernement vient de publier un décret qui ampute le budget de fonctionnement de l’Etat de 10 milliards d’euros ! Cette décision est unilatérale et impacte tous les ministères et champs d’intervention de l’État. Elle vise aussi la masse salariale.

 

 

L’UNSA Fonction publique condamne la méthode. Le budget 2024 a été voté en fin d’année. Aucun collectif budgétaire n’a été présenté au Parlement, mais ce sont 10 milliards d’euros d’engagements de dépenses qui viennent d’être rayés d’un seul coup par un simple décret !

 

Ces réductions budgétaires drastiques vont impacter toute la fonction publique. Tous les ministères sont touchés, de nombreux programmes sont concernés. Parmi eux, nous notons en particulier :

  • 328 millions en moins pour le ministère de la Justice alors qu’il apparaissait comme étant une priorité du Président.
  • 691 millions supprimés qui concernent l’enseignement scolaire et l’avenir de nos enfants.
  • 2 milliards en moins pour le ministère de l’Écologie, du Développement et des Mobilités durables alors que la transition écologique est indispensable et ne peut plus attendre,
  • Près d’un milliard disparu pour la recherche et l’enseignement supérieur alors que le futur se construit maintenant.
  • 736 millions envolés pour la cohésion des territoires qui est pourtant une des clefs pour l’égalité républicaine.
  • Plus d’un milliard va manquer au ministère du Travail pour aider au retour au plein emploi et à la formation…

 

Que d’injonctions contradictoires entre les discours et les actes ! Et surtout, aucun débat au Parlement ni perspective de dialogue social sur le sujet !

L’UNSA Fonction Publique dénonce ces arbitrages qui vont impacter la capacité des services publics à mettre en œuvre l’ensemble des politiques publiques.

Elle s’insurge contre les conséquences probables sur les effectifs ainsi que sur le niveau des rémunérations.

Elle s’interroge : comment améliorer les services publics et le service rendu au français après cette décision ? Comment garantir l’investissement des agents ?

Elle rappelle son attachement à une fonction publique disposant de véritables moyens pour accomplir ses missions au profit du pays. Les mobilisations du 19 mars seront l’occasion de le rappeler au ministre de l’Économie et au Premier ministre.

 

Bagnolet le 22 février

Luc Farré

Secrétaire général de l’UNSA Fonction Publique

mardi, 20 février 2024 15:55

Signalement Discrim remplace Allo-Discrim

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Discrimination 2Dans le cadre de l’accord relatif à la lutte contre les discriminations, notre ministère a mis en œuvre en 2021 une plateforme anonymisée et indépendante pour répondre à toute situation de discrimination, harcèlement, violence ou sexisme dont vous pourriez faire l’objet et/ou aussi avoir connaissance.

 

Ce dispositif a permis à plus d’une centaine d’agents d’avoir un éclairage juridique et un accompagnement sur les situations qu’ils ont vécues, souvent génératrices de souffrance et de mal-être.

Le MTECT vient de renouveler le prestataire externe qui assurait l’accueil et l’accompagnement des victimes, des témoins et des dirigeants ou des encadrants.

 

A compter de ce jour, pour évoquer ou signaler toute situation semblant anormale en lien avec ces sujets, vous avez la possibilité :

  • de téléphoner au 09 74 76 72 23 du lundi au vendredi de 9h à 19h.
  • d’écrire un courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • de contacter le site internet : https://conceptrse.fr/signalement-me  Tapez le mot de passe : 2030

 

Sur ce site vous pourrez :

  • soit obtenir un rendez-vous avec un conseiller juridique (souvent avocat) qui vous permettra de qualifier avec précision la situation que vous avez vécue ou eu à connaître en tant que témoin,
  • soit déposer directement un signalement.

 

Tout échange avec cet organisme est totalement anonyme. Il ne fera l’objet d’aucune remontée nominative à notre ministère sans votre accord express.

Cet espace, également ouvert aux managers et chefs de service, leur permettra d’accéder à «des informations et des conseils pour manager les risques sociaux (harcèlement, violences sexistes et sexuelles, discrimination, conflits...) ». Un échange anonyme d’une trentaine de minutes leur sera alors proposé.

 

L’UNSA vous invite à recourir à cette plateforme dès la survenance d’un évènement susceptible d’être une discrimination, un harcèlement ou une violence sexiste ou pas, que vous en soyez victime directe ou simple témoin.

 

Ces signalements, combinés aux actions de prévention menées par ailleurs dans le cadre des accords relatif à la lutte contre les discriminations, constituent un élément essentiel de la lutte contre tous ces types de violences.

 

Signalement Discrim

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Guérini ministre de la FPL’UNSA Fonction Publique a été reçue le 14 février 2024 par Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction Publiques.

 

Le ministre a exprimé le souhait de reprendre l’agenda social là où il l’avait laissé début janvier. Il a confirmé qu’une loi fonction publique verra le jour au second semestre 2024, permettant ainsi une réelle concertation. Il évoque le maintien du statut, mais également des évolutions possibles dans la structure de la rémunération.

 

Il est prêt à envisager l’ouverture d’une négociation sur la qualité de vie et les conditions de travail (QVCT), intégrant notamment la question de la semaine en 4 jours évoquée par le Premier ministre. Il continue d’exprimer la volonté d’une négociation annuelle sur les salaires dans la fonction publique, dont les premières réunions pourraient se tenir avant les travaux budgétaires pour l’année 2025.

 

Pour l’UNSA Fonction Publique, ce schéma exclut toujours, malheureusement, l’année 2024 !

Elle a rappelé qu’elle attendait des avancées urgentes sur les salaires : revalorisation du point d’indice, des grilles, des carrières, des régimes indemnitaires, des filières les plus féminisées. 

Elle est prête à négocier un accord sur la QVCT qui couvre largement les conditions d’emploi et de travail, l’organisation du travail, la santé au travail des agents publics et le temps de travail.

 

Elle attend, maintenant, du gouvernement, qu’il passe de la parole aux actes pour la reconnaissance due aux agents publics des trois versants.

L’UNSA Fonction Publique appelle tous les agents publics à se mobiliser le 19 mars pour obtenir dès 2024 cette légitime augmentation salariale.

 

 

Bagnolet le 15 février 2024

Luc Farré

Secrétaire général de l’UNSA Fonction Publique

Page 1 sur 171