Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quoi de neuf 2021Suspension du jour de carence, indemnité de fin de contrat court, compensation de la hausse de la CSG, fin de la mise en œuvre de PPCR... ces mesures vont avoir un impact, mais un impact limité sur les rémunérations des agents. Pour l’UNSA Fonction Publique, il est urgent de les revaloriser.

Ce qui ne change pas :

Le point d’indice n’évolue pas, il est tou­jours bloqué à 4,686025 € depuis le 1er février 2017, la der­nière reva­lo­ri­sa­tion liée à PPCR. Le gel du point d’indice impacte direc­te­ment les rému­né­ra­tions des fonc­tion­nai­res, mais aussi celles des contrac­tuels dont le salaire est cal­culé à partir du point d’indice. Pour l’UNSA Fonction Publique, la valeur du point d’indice est le prin­ci­pal levier de reva­lo­ri­sa­tion des rému­né­ra­tions.

Ce qui change provisoirement :

Le jour de carence est sus­pendu depuis le 10 jan­vier jusqu’au 31 mars 2021, uni­que­ment si l’agent est en arrêt mala­die en raison de la Covid-19. Cette date devrait évoluer en fonc­tion du main­tien de l’état d’urgence sani­taire. L’UNSA Fonction Publique demande l’abro­ga­tion du jour de carence.

En savoir plus

 

Ce qui change :

  • L’indemnité compensatoire de la CSG est pérennisée. Une réévaluation annuelle automatique aura lieu chaque 1er janvier. L’UNSA Fonction Publique demandait cette mesure, elle regrette que les agents recrutés depuis 2017 ne puissent en bénéficier.

En savoir plus

 

  • Une indemnité pour fin de contrat court (CDD égal ou inférieur à un an) est créée pour les contrats signés à partir du 1er janvier 2021. Elle est égale à 10% du total brut perçu par l’agent dans la limite de deux fois le SMIC. L’UNSA Fonction Publique regrette le plafond salarial, limitant le nombre de bénéficiaires. Elle revendique l’extension de cette mesure à l’ensemble des CDD, comme dans le secteur privé.

 

En savoir plus

 

  • En 2021, l’application du protocole PPCR se poursuit et se termine après une reprise en 2019 et 2020 qui faisait suite à une suspension l’année précédente, en 2018, décidée unilatéralement par le gouvernement. Les grilles de rémunération d’agents en catégorie C sont réévaluées, certaines grilles d’agents en catégorie A également.

En savoir plus

Évaluer cet élément
(0 Votes)

ctm cr 2021Nous publions le bilan 2020 des lignes directrices de gestion relatives à la mobilité présenté ce jour en Comité technique ministériel après une première année de mise en œuvre, les CAP ayant perdu leur compétence en matière de mobilité.

L'UNSA déplore que les priorités légales n'ont finalement pas tellement d'incidence sur les mobilités et appelle l'administration à mieux les prendre en compte.

 

Un autre point a été à l'ordre du jour de ce Comité technique ministériel, il s'agit du bilan annuel 2019-2020 sur le protocole d’accord sur l’égalité femmes-hommes.

L'UNSA Développement Durable suit ces dossiers avec beaucoup de vigilance car il y a encore beaucoup d'amélioration à faire sur ces 2 points.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

PIM DDILe taux 2021 des prestations pour séjours d’enfants au bénéfice des agents des DDI a été revalorisé de 1.24 % (taux d’inflation 2020) par rapport à celui de 2020. Pour l’UNSA Fonction Publique, cette revalorisation devrait être indexée sur la hausse du coût réel des prestations aidées et non sur la seule inflation.

Cette reva­­lo­­ri­­sa­­tion reste trop faible au regard de la hausse de cer­­tains tarifs et du reste à charge gran­­dis­­sant pour les agents.

Le barème d’accès du quo­­tient fami­­lial n’a pas été reva­­lo­­risé. Pourtant, même en cette période d’urgence sani­taire et de dif­fi­cultés économiques, le salaire moyen en France a aug­­menté. Des famil­­les se retrou­­vent ainsi exclues du dis­­po­­si­­tif ou chan­­gent de tran­­che. 

L’UNSA Fonction Publique demande que le barème du quo­­tient fami­­lial soit reva­­lo­­risé au moins dans les mêmes pro­­por­­tions que le barème d’accès aux chè­ques vacan­ces en 2021, soit 5%.

 

pim ddi tableau

Évaluer cet élément
(0 Votes)

CIAS 11L’année 2020 enregistre, comme tant d’autres années précédentes, une sous-consommation budgétaire. Elle est de 6 millions d’euros. Sans les mesures exceptionnelles prises en cours d’année, elle aurait été de près de 14 millions d’euros, soit 11% du budget. L’UNSA Fonction Publique juge inacceptables ces économies. L’Action Sociale Interministérielle (ASI) a pour objectif d’améliorer la vie des agents. L’année 2020 aurait mérité mieux, les agents aussi.

Lors du Comité Interministériel d’Action Sociale (CIAS) du 13 jan­vier, la consom­ma­tion bud­gé­taire 2020 a été pré­sen­tée par l’admi­nis­tra­tion. L’UNSA Fonction Publique a regretté que le budget n’ait pas été consommé entiè­re­ment au profit des agents, pour­tant for­te­ment tou­chés par la crise sani­taire.

Le CESU garde d’enfants 0-6 ans marque un recul de près de 11 mil­lions d’euros, impacté direc­te­ment par le pre­mier confi­ne­ment. L’UNSA Fonction Publique avait, dès le mois de mars 2020 compte-tenu de la crise sani­taire, reven­di­qué une aide excep­tion­nelle garde d’enfants 6-12 ans, pour les agents de l’État en pre­mière ligne. Aucune réponse n’avait été appor­tée à cette demande.

La pres­ta­tion Chèques-vacan­ces atteint ses objec­tifs, mais seu­le­ment grâce à une aide excep­tion­nelle de 100 € pour les plans servis en 2020, en faveur des agents âgés de moins de 45 ans. Cette aide repré­sente près de cinq mil­lions d’euros.

Autre mesure excep­tion­nelle, la réser­va­tion de loge­ments sociaux péren­nes a repris en Ile de France pour un mon­tant de 3 mil­lions d’euros, ce qui repré­sente 150 loge­ments. L’UNSA Fonction Publique reven­di­que la pour­suite de cette action en Ile de France et dans les zones dans les­quel­les trou­ver un loge­ment à prix décent relève pour les agents de la mis­sion impos­si­ble.

Pour l’UNSA Fonction Publique, cet argent non dépensé au profit des per­son­nels devrait cons­ti­tuer un fonds de réserve et être réin­jecté l’année sui­vante dans l’action sociale inter­mi­nis­té­rielle. Il pour­rait être uti­lisé sous forme d’une aide excep­tion­nelle « vacan­ces » par exem­ple. Il pour­rait être uti­lisé comme fonds de soli­da­rité au profit des RIA. L’action sociale inter­mi­nis­té­rielle est un vec­teur impor­tant et néces­saire de soli­da­rité, par­ti­cu­liè­re­ment en période de crise sani­taire et sociale.

 

La déclaration liminaire UNSA Fonction Publique

mercredi, 13 janvier 2021 13:33

A savoir sur le congé de proche aidant

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Congé proche aidantLe décret relatif au congé de proche aidant dans la fonction publique a été publié au Journal officiel du jeudi 10 décembre 2020. Il détermine notamment les conditions d’attribution et de renouvellement de congé et précise également les délais et modalités de mise en œuvre ainsi que les cas de situations d’urgence pour lesquels les délais sont supprimés.

La durée maximale du congé pour aider un proche en perte d’autonomie ou en situation de handicap est fixée à trois mois renouvelables dans la limite d’un an sur l’ensemble de la carrière. Il peut être pris de manière continue ou fractionnée avec une durée minimale d’une journée. Ce congé permet également d’organiser son travail en temps partiel.

La demande doit être rédigée et transmise à sa hiérarchie au moins un mois avant le début du congé. Pour obtenir un renouvellement, la demande doit être formulée au moins 15 jours avant le terme du premier congé. Ce délai peut être réduit à 8 jours si la personne aidée se trouve être dans une situation d’urgence liée à son état de santé ou à son hébergement. Il est également possible de mettre fin au congé avant son terme en cas de décès de la personne aidée, si elle se fait admettre dans un établissement ou bénéficie d’un service d’aide à domicile.

Le proche aidant conserve son poste durant la durée du congé. Si son poste venait à être supprimé ou transformé, la personne est assurée de retrouver un poste ou un grade similaire dès son retour. Si le fonctionnaire est stagiaire, il a la possibilité de demander un report de stage ou de titularisation.

Le congé de proche aidant n'est pas rémunéré. Cependant, une «  allocation journalière du proche aidant  » (AJPA) peut être versée au demandeur. Son montant est fixé à 43,83 euros par jour pour une personne vivant en couple et à 52,08 euros pour une personne seule. Cependant, les contractuels et le personnel médical hospitalier ne sont pas rémunérés, mais peuvent bénéficier d’une AJPA en faisant la demande auprès des services de la Caisse des Allocations Familiales (CAF).

Page 6 sur 117