frais deplac fpLors du rendez-vous salarial d’octobre, le ministre de l’action et des comptes publics s’est engagé à ouvrir le chantier des frais de déplacement et de mission, répondant ainsi aux demandes répétées de l’UNSA depuis plusieurs années.
 Après la tenue d’une première réunion très décevante dans ses ambitions, l’UNSA Fonction Publique saisit le ministre pour aboutir à une revalorisation de l’ensemble des taux des indemnités concernées.

Les prises en charge totales ou partielles de ces dépenses sont de plus en plus éloignées de la réalité des coûts engendrés par les déplacements des agents publics, qu’il s’agisse de frais résultant d’une mission, d’un intérim, d’une tournée ou encore d’un stage.

Suite à la première réunion d’échanges qui s’est tenue avec la DGAFP le 30 janvier 2018, comme elle a eu l’occasion de le faire le 15 février auprès d’Olivier DUSSOPT, l’UNSA Fonction publique alerte le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald DARMANIN, sur la portée de la concertation engagée.

En effet, la DGAFP a d’ores et déjà laissé entendre que, si les difficultés en matière d’hébergement pouvaient faire l’objet de propositions d’amélioration, il n’était à ce stade pas envisagé de réévaluer les niveaux de remboursement des repas et indemnités kilométriques.

Or, pour l’UNSA, ce chantier doit couvrir, sans que soit posé un quelconque préalable, l’ensemble des sujets, y compris ceux qu’elle souhaite inclure comme la prise en compte de la situation de handicap, la question des conditions strictes d’heures de mission, celle de la prise en charge des petits déjeuners dans les cas concernés, ou encore l’application attendue de l’indemnité kilométrique vélo.

L’UNSA défend les intérêts des agents à tous les niveaux en considérant que leur quotidien professionnel, trop souvent dégradé, doit être amélioré sur tous les plans.

 

Source UNSA Fonction Publique

agent xCe 16 février 2018, l'UNSA est reçue par les ministres à l’Hôtel de Roquelaure à Paris. 

Après leur présentation de la réforme, l'UNSA affiche ses positions et témoigne des tribulations de l'agent X du MTES/MCT.

La position des ministres Nicolas HULOT, Jacques MEZARD et Elisabeth BORNE.

En ouverture, ils rappellent les objectifs et le contexte d'AP 2022.

3 axes principaux :

  • amélioration de la qualité du service public,
  • modernisation des conditions de travail des agents,
  • maîtrise des dépenses publiques.

Pour eux, rien n'est décidé et le Gouvernement se donne le temps de la réflexion et de la concertation, les décisions suivront.

L'adaptation de la présence territoriale de l’État aux besoins variables de chacun d'entre eux constitue une orientation affichée, dans le contexte des mutations sociologiques et technologiques qui s'accélèrent.

Nos lignes-rouges.

L'UNSA a averti les ministres des limites à ne pas franchir :

  • le maintien du statut pour tous les emplois.
  • la préservation des CAP comme contre-pouvoirs car les freins aux mobilités ont d'autres explications : réduction du nombre de postes, concurrence, plafonds d'emplois et compteurs ! L'UNSA a rappelé ses propositions de modernisation de la gestion des CAP (pré-CAP inter-corps par exemple).
  • la possibilité de recours à des personnels contractuels dans un cadre limité et négocié.

L'UNSA revendique une redéfinition des missions, au service du public, qui redonne du sens et améliore les conditions de travail des agents.

Cependant, cet objectif passe par le rétablissement préalable d'une confiance entre les agents et leur employeur.

En la matière, le Gouvernement et les ministres doivent faire un geste fort de rétablissement de cette confiance qui a été entachée ces derniers mois : report du PPCR, gel du point d'indice, jour de carence, CSG…

L'agent X.

Alors que le Gouvernement prône la mobilité, « le salaire au mérite », la flexibilité du travail, l'UNSA a souhaité parler de l'agent X du MTES/MCT.

L'agent X change de poste et se retrouve confronté à des problèmes dans le suivi de son dossier administratif. Conséquences ? Il est fréquent qu'il doive attendre plusieurs mois avant de percevoir son salaire par son nouveau service, engendrant des méandres administratifs et personnels inextricables.

Mais l'agent X n'est pas au bout de ses surprises, sa rémunération peut baisser sans qu'il n'en ait été informé préalablement car le RIFSEEP autorise qu'un agent perçoive moins de prime au moment d'une mobilité (une singularité du MTES/MCT). Or, comme la DRH n'édite les notes de gestion qu'en fin d'année (octobre pour l'année 2017), il ne peut connaître les modalités de calcul de ses primes lorsqu'un an avant, il a demandé son changement de poste...

Mais l'agent X est motivé, il se donne à fond car il croit à la reconnaissance de son engagement professionnel et à l'atteinte de ses objectifs. Malheureusement en fin d'année, il découvre que le CIA n'existe pas dans nos ministères. Et lorsque les ministres décident d'en mettre un en place (de manière symbolique) pour les catégories C, si l'agent X est assujetti au RIFSEEP, il ne perçoit rien !

Pourtant, l'agent X croit dans sa mission de service public et lorsque son collègue de bureau tombe malade, il accepte de prendre à sa charge tout ou partie de son travail à la demande de sa hiérarchie. On lui a bien entendu promis de le récompenser en fin d'année... Mais dans nos ministères, la rémunération des intérims n'existe plus ! Il aura effectué des heures supplémentaires pour rien ou plutôt juste au détriment de sa santé et de sa vie personnelle. A titre d'illustration, en 2016 en administration centrale les agents ont effectué 148.000 heures de travail au delà des bornes légales. Le soir, l'agent X entendra à la rediffusion du journal TV que les fonctionnaires ne travaillent pas assez...

Heureusement, l'agent X au bout de trois années de baisse de rémunération change d'échelon ! De quoi mettre du beurre dans les épinards... Mais l'agent X a oublié que les actes individuels sont généralement pris avec 6 mois à 1 an de retard dans le meilleur des cas, il attendra l'année prochaine car les services-supports sont exsangues et désorganisés...

En réponse, le Ministre d’État Nicolas HULOT, en rappelant son attachement à l'humain, a été sensible à cet exemple concret. Il s'est tourné vers la Secrétaire Générale et le DRH pour tenter d'avoir des précisions complémentaires, mais les réponses apportées ne l'ont semble-t-il pas totalement convaincu. Il indique que « la confiance ne se décrète pas, mais se construit » ;

L'agent X comme l'UNSA attendent donc les actes...

notification rifseep ceremaLe régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel (RIFSEEP) est entré en application le 1er janvier 2016, pour les corps et les grades soumis à ce nouveau régime indemnitaire.

La Direction Générale du Cerema a fait le choix de s’appuyer sur les textes relatifs à sa mise en œuvre dans ses ministères de tutelle (MTES/MCT) pour la transposition du dispositif au sein de l’établissement.

Les notes de gestion du 30 septembre 2016 et du 27 octobre 2017 prévoient le principe d'une notification individuelle annuelle obligatoire, transmise aux agents au plus tard à la fin du dernier trimestre, au titre de l'année en cours.

À ce jour, soit plus de deux ans après la mise en place du RIFSEEP et malgré nos multiples interpellations, l'UNSA constate que perdure l'absence de notifications individuelles. Les quelque 600 agents de l’établissement soumis à ce régime indemnitaire n'ont eu ni notification au titre de 2016, ni au titre de 2017. Cette situation n'est pas acceptable.

Dans son courrier du 14 février 2018, l’UNSA Cerema demande à Bruno LHUISSIER, Directeur Général par intérim, de mettre fin à cette situation pénalisante pour les agents concernés et de procéder sans délai aux notifications individuelles au titre des années 2016 et 2017. Elle dénonce par ailleurs, la fragilisation des missions du support liées à la réduction des moyens et à la politique de gestion des effectifs au sein de l’établissement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

ensap2Vous êtes fonctionnaire, un nouveau portail s'ouvre pour vous apporter des réponses.

 

https://ensap.gouv.fr

 

Élément de modernité de l'Administration, l'ENSAP est un espace de stockage numérique, véritable « coffre-fort » des documents relatif à la rémunération des agents de la Fonction publique d'État (FPE). Il comporte aussi un volet sur la retraite, pour les agents fonctionnaires.

Ce portail, mis en place par le ministère des finances / DGFIP/ Service des Retraites de l’État est un espace privé et sécurisé, ouvert sur internet.

Ce portail vous offrira progressivement des services personnalisés relatifs à votre rémunération et à votre retraite.

Il comprendra :

  • un espace retraite. Depuis le 1er février 2018, vous pourrez consulter votre compte individuel retraite (CIR) et procéder à une simulation du montant de votre pension. L'ouverture de ce portail constitue une nouvelle étape dans l'accompagnement des retraites des fonctionnaires,
  • un espace rémunération (dématérialisation des bulletins de paie). Des informations spécifiques vous seront communiquées ultérieurement sur ce volet. Sont concernés les agents de la Fonction publique d’État, les magistrats et les militaires.

Conditions d'accès au site : Votre compte est accessible via votre espace personnel du portail ensap.gouv.fr. Lors de votre première connexion, vous utiliserez vos éléments d'identité (numéro d’identification national, nom et date de naissance) suivis d'un mot de passe personnalisé et d'une adresse courriel. Après cette première étape vous pourrez vous connecter à l'ENSAP à tout moment via Internet, depuis votre lieu de travail ou votre domicile sur postes fixes ou mobiles (tablette, smartphone), directement avec votre numéro d’identification national et votre mot de passe.

 

 

Les fonctionnalités de l'espace retraite

 

1- un accès à votre Compte Individuel Retraite - CIR

Vous pouvez :

  • consulter les données relatives à votre carrière déclarées par vos différents employeurs,
  • demander des corrections si nécessaires,
  • recevoir l’information réglementaire sur vos droits à pension au titre de la Fonction publique d’État. Cette information vous sera donnée à l’arrivée dans l’administration et tous les 5 ans à partir de 35 ans.

 

2- la possibilité de réaliser des simulations du montant de votre pension

Vous pouvez réaliser à partir de 45 ans des simulations de montant de votre pension Fonction publique d'État en combinant les critères suivants :

  • date de départ prévisionnelle : du plus tôt (date d'ouverture des droits) au plus tard (limite d'âge majorée de 3 ans),
  • prise en compte des périodes de temps de travail,
  • grade et indice de départ...

Cet espace autorise l'accès direct des agents publics à leur CIR et leur permet de vérifier en toute autonomie l'exactitude de leur situation personnelle ainsi que leurs éléments de carrière.

À noter : Les données personnelles 2017 ne sont pas actualisées totalement. Elles seront disponibles dans les comptes d'ici le mois d'avril.

L'accompagnement des agents par les services des ministères se poursuit :

Vous continuez de bénéficier de l’expertise de vos correspondants retraite :

L'ensemble des personnels du réseau ministériel des correspondants régionaux et référents retraite du MTES / MCT demeure en appui pour accompagner les agents dans cette étape essentielle de la vérification de leur CIR comme dans leur préparation de fin de carrière et dans leurs demandes.

 

loi pour etatLe projet de loi voté en première lecture à l’Assemblée nationale va impacter tous les services et les agents publics alors même que les discussions sur le chantier action publique 2022 sont en cours. De fait, cette loi devient la première pierre du quinquennat touchant et réformant la Fonction publique.

L’UNSA regrette une nouvelle fois l’excès de précipitation du gouvernement, le manque d’études d’impact et surtout l’absence de débat et de dialogue social, en particulier avec les représentants syndicaux. Ainsi les objectifs affichés de cette loi modifieront la Fonction publique dans son ensemble.

L’annexe et l’article 1er définissent la stratégie d’orientation de l’action publique.

On y trouve, pêle-mêle :

  • la dématérialisation de l’ensemble des démarches administratives,
  • la réduction des délais de traitement administratifs,
  • le principe d’une administration de conseil et de service
  • la prise en compte des contraintes horaires du public dans les ouvertures des services,
  • l’obligation de mettre en place des accueils téléphoniques efficients,
  • l’implantation des maisons de services au public,
  • la médiation nécessaire vis-à-vis des citoyens n’ayant pas accès au numérique,
  • le droit des usagers des services publics de consulter l’avancement du traitement de leurs démarches et demandes.

Le projet du gouvernement veut simplifier la relation entre les usagers (citoyens comme entreprises) et l’administration en instaurant le droit au conseil, le droit à l’erreur ou le droit à la médiation tout en prenant en compte la diversité et la spécificité des territoires.

Au-delà de l’avis de chacun sur ces objectifs ambitieux, le texte permettra aux usagers et surtout aux entreprises d’interroger l’administration, sur tels ou tels éléments de la réglementation. Celle-ci aura alors peu de temps pour répondre, et silence gardé vaudra décision.

Devant un tel bouleversement, l’UNSA a estimé indispensable que les agents soient réellement formés et qu’ils soient aussi protégés.

Des amendements au projet initial inscrivent, dans le projet de loi adopté par l’Assemblée nationale, que les agents publics bénéficieront régulièrement d’une formation et d’un accompagnement leur permettant de s’adapter aux évolutions de leurs missions. De plus, leur responsabilité civile ne devrait pas pouvoir être engagée.

L’UNSA rappelle que pour réussir cette transformation, les agents publics doivent être suffisamment nombreux et être reconnus. Elle constate que ni les intentions du Président (120000 suppressions de poste), ni les décisions du gouvernement (gel du point d’indice, report d’un an de PPCR…) ne vont dans ce sens.

 

Remarques :

  • Les articles sur la propagande numérique des campagnes électorales, sur la fin de la possibilité pour une collectivité de préempter un terrain appartenant à une association cultuelle, etc., ont été soit retirés soit amendés,
  • Ce texte prévoit de procéder par ordonnances et/ou par expérimentations
  • Prochaine étape : étude du texte par le Sénat

 

Source UNSA Fonction Publique

Page 6 sur 87